Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Au crépuscule des journées de printemps

  

Au crépuscule d’un soir de printemps dans la plaine de Bièvre, des cris grinçants, éraillés et puissants retentissent ‘tu dlili… tu dlili  ils viennent d’un chant découvert et pierreux, vous avez beau regarder d’où ils viennent mais vous ne voyez rien, interloqué, vous décidez de revenir à cet endroit le lendemain en fin de journée et cette fois ci avec des jumelles, vous ré-entendez ces cris et vous scrutez le champ, vous regardez chaque pierres, chaque touffe d’herbes, au bout d’un moment vous avez l’impression de distinguer une forme et vous voyez  un galet bouger ! En insistant vous remarquez que de grands yeux jaunes vous observent ! Vous avez devant vous l’Oedicnème criard ! ( Burhinus oedicnemus ).

Oedicnème criard

                    C’est un drôle d’oiseau de la taille d’un pigeon, quand on a la chance de le voir, il est facile à identifier avec sa grosse tête aplatie, ses grands yeux jaunes, avec son bec fort et pointu de couleur jaune et noir, ses longues jambes noueuses et jaunes, sa queue longue, son plumage mimétique est gris-jaune, rayé de brun et de noir, deux bandes blanches complétant le camouflage : Une au-dessus de l’œil et l’autre sur l’aile fermée. En vol, ses ailes sont claires au-dessous, le dessus forme un dessin blanc sur fond noir, trois barres blanches strient les grandes plumes de vol.

Oedicnème criard

L’œdicnème criard est un oiseau limicole, migrateur, il arrive entre mars et avril de la péninsule Ibérique ou d’Afrique du nord ou il a passé ses quartiers d’hivers, la plaine de Bièvre abrite la seule zone de nidification pérenne connue en Isère

, il se nourrit de gros insectes, d’escargot, d’œufs, d’oisillons, de serpents, de limaces, de micro-mammifères, de graines et de touffes d’herbes.

Croquis de terrain Oedic187

 L’ Oedic pond directement au sol des œufs mimétiques dans leurs environnements et donc difficile à repérer par les prédateurs, il affectionne les milieux secs et recherche la tranquillité, le jour, quand il est au repos, il est indécelable, mais s’il doit se déplacer, il le fait avec circonspection, le dos voûté, à pas rapide, tête baissée avec un regard fuyant, débusqué, comptant sur son plumage mimétique il s’aplatit la tête au sol. C’est la nuit qu’il est le plus actif, il émet des cris qui portent loin. Il parade, pont et couve d’avril à juin ensuite il élève 1 ou 2 poussins nidifuges jusqu’en août/septembre après c’est les rassemblements post-nuptiaux avant le grand départ pour les quartiers d’hivernage en octobre/novembre.

Croquis de terrain oedic189

           En Europe sa tendance est en déclin fort ( diminution de 30 % ), en France il est protégé intégralement, la population nationale en déclin est estimée de 5 000 à 9 000 couples avec un effectif en diminution de 20 à 50 % depuis 1970, en Isère il est classé vulnérable sur la liste rouge du département.

Les menaces qui pèsent sur l’Oedicnème sont du à plusieurs points :

a)                  La disparition de ses habitats naturels : friches, landes, gravières naturelles des rivières, steppes et pelouses sèches.

b)                  Intensification agricole, monoculture, réduction des ressources alimentaires, agrandissement de la taille des parcelles, irrigation des cultures.

c)                  Dérangements par les activités humaines.

Pour lui créer et garder un milieu plus favorable, il faut conserver une mosaïque de paysage, limiter les passages d’engins, limiter l’irrigation, implanter des jachères, maintenir des pâturages ovins, friches et pelouses sèches.

Croquis de terrain oedic195 

           Dans les régions de grandes cultures, comme les plaines de Bièvre et de Liers, les jachères sont indispensables pour maintenir une diversité de ressources alimentaires et en quantité suffisante, elles peuvent également servir de zones de refuge et de tranquillité.

L’œdicnème criard partage son milieu avec deux autres espèces de limicoles comme le Courlis cendré Numenius arquata dons les deux cris se ressemblent beaucoup et le Vanneau huppée Vanellus vanellus, ainsi qu’avec deux autres oiseaux beaucoup plus rare : Le Râle des genêts Crex crex ( classé en danger critique d’extinction )et encore plus rare l’Outarde canepetière Tetrax tetrax ( éteint au niveau régional ).

Croquis de terrain oedic196

             C’est vrai l’œdicnème criard n’est pas franchement un oiseau beau, mais quand vous avez la chance de l’observer et de l’étudier un peu, vous ne pouvez pas rester insensible à son drôle de regard et à ses mœurs, il reste beaucoup de chose à apprendre de cet oiseau, c’est aussi un témoin de la qualité de nos campagnes faisons qu’au crépuscule des jours de printemps nous puissions encore entendre ce drôle de cri du fin fond de nos champs.

 

 

Franck Boissieux

                                                        Correspondant local LPO38 secteur Bièvre/Liers

 

Article écrit pour le site www.sainthilaire96.free.fr

                                                           

Partager cette page