Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

A l'ombre des vieux Saules

 

Les saules têtards constituent un élément traditionnel des paysages cultivés. Les verges (baguette et osiers) ont été utilisées depuis l'age de bronze jusqu'au milieu du 20èmesiècle en vannerie essentiellement. Les saules têtards offrent un espace vital diversifié sur une petite surface : les oiseaux et les chauves-souris habitent les cavités et celles çi offrent un milieu de vie pour un millier d'insectes, L'entretien ou la plantation sont des taches paysagères très importantes, Ces petits biotopes peuvent enrichir le paysage et les zones d'habitations et ceci sans grands efforts ni grands moyens techniques.

 

saulet-tard224

                                             Dessin d'aprés nature

 

Un arbre têtard est un arbre qui a été taillé avec une technique ancestrale, utilisée principalement par les agriculteurs éleveurs, visant à recéper les arbres à hauteur d'homme et non à ras du sol, c'est à dire à couper les branches à la base, légèrement en biais. L'arbre têtard ou trogne est donc recépé périodiquement et produit du bois de chauffage. L'aspect si particulier de ce type d'arbre est le résultat d'un mode d'exploitation très ancien et très répandu du bois hors forêt. Il est du à un étêtage régulier des arbres permettant des repousses de rejets. Il contraint l'arbre à prendre une forme caractéristique à grosse tête d'où son nom «  têtard »  que ce mot était autrefois utilisé pour désigner une personne à la tête disproportionnée par rapport à son corps. Il désigne aussi la larve de batraciens.

 

L'étêtage consiste dans un premier temps par la suppression de la cime de l'arbre à l'age de 4-5 ans, elle doit se faire légèrement en biseau et à 2,5 ou 3 m de hauteur. Avec la pousse de nouvelles branches, le sommet du tronc s'élargit en un plateau couronné de rameaux : il devient têtard. Ensuite périodiquement tous les 5 ans à 10 ans suivant les espèces, il faut recéper la tête de l'arbre sans le couper ni laisser de grands bouts de branches et tailler en biseau pour faciliter l'écoulement de l'eau.

 

Les saules peuvent être bouturés, une branche d'un diamètre conséquent (environ 5 cm) et de 2 à 3 mètres de haut, coupée en biseau peut être enfoncée dans le sol (de 80 cm à 1 m). Elle rejette rapidement, Les boutures doivent être faites lorsque les saules ont perdu leurs feuilles et plantées entre décembre et mars afin de garantir de bonnes conditions de reprises.

Toutes les espèces d'arbres ne supportent pas un tel traitement. Les essences que l'on retrouve le plus souvent sont : les saules, le frêne commun, le chêne pédonculé, le mûrier. On peut aussi retrouver le châtaignier, l'érable champêtre, le platane et le tilleul. En revanche le bouleau, le merisier et les fruitiers en général ne sont jamais menés en têtard.

 

saulet-tard225

 Dessin d'aprés nature

 

 

L'intérêt des saules têtards, outre l'aspect paysager, donnent à nos campagne un équilibre et un cadre de vie harmonieux. Ils ont aussi un rôle sur la préservation des ressources en eau :

 

• Ils luttent contre les inondations en ralentissant le ruissellement et limitent les montées des crues.

 

• Ils protègent les sols, en favorisant l'infiltration, le maintien et ils contribuent à la conservation de l'humus. Enfin ils diminuent considérablement l'érosion.

 

• Ils protègent les berges, en effet leurs racines implantés en bordures des cours d'eau consolident et stabilisent les rives.

 

• Ils filtrent et épurent l'eau, les nitrates sont retenus, pompés et recyclés par le réseau racinaire, en complément avec des bandes herbeuses au bord des rives ils contribuent directement à préserver la qualité de l'eau.

 

• Ils améliorent l'écosystème : insectes aquatiques, larves et poissons trouvent des abris et des zones de reproductions dans les racines immergées.

 

Un saule têtard adulte abrite une biodiversité incroyable. On peut retrouver jusqu'à 500 espèces sur un seul arbre : des insectes communs voir rare comme le lucane cerf volant, le pique prune, le grand capricorne, le rhinocéros, le cétoine doré et bien d'autres encore protégé ou non. On peut retrouver dans les cavités des chauves-souris et d'autres petits mammifères. Les saules sont aussi un abri pour une grande variété d'oiseaux. On peut observer la discrète et fragile huppe fasciée, la chouette chevêche, la chouette hulotte. Les pics sont souvent vus et si vous avez de la chance vous pourrez peut-être apercevoir le discret torcol fourmilier.

 

saulem-sange223

 Dessin d'aprés nature

 

 

De nos jours, il reste pratiquement que des reliques sans qu'il n'y est de relève. Ces arbres très utilisés par les anciens tendent à se raréfier de plus en plus. Des associations ou des organismes tentent de les maintenir et de les faire découvrir sachant que leurs rôles dans nos paysage n'est plus à prouver. Aujourd'hui, bon nombre des essences de ces arbres sont menacées. La régression du « têtard », de l'arbre creux et des vergers n'y est pas étrangère. Les espèces liées à son milieu disparaissent, c'est sans doute dû à notre conception d'un environnement très aseptisé, que l'on appelle propreté du paysage

 

Photo SHC 1036

 Carte postale ancienne : vue de Saint Hilaire de la Côte avec en premier plan un verger aujourd'hui disparu

 

Il devient essentiel de conserver ces arbres à haute valeur patrimoniale, culturelle et environnementale.

 

 

 

Franck Boissieux

Correspondant LPO38/réseau chevêche-Effraie

franck.boissieux@orange.fr

www.trait-de-nature.over-blog.fr

 

Partager cette page