Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'étang des fées

28 Février 2011 , Rédigé par trait-de-nature.over-blog.com

Il pleut ce dimanche 27 février, des informations sur les migrations d'oiseaux commencent à arriver, ça me " titille " de sortir, vers l' ouest le temps semble s' éclaircir, tant pis j'y vais ! je charge la longue vue, le trépied, les jumelles, et le sac de dessin, je verrais bien, je prends la route d'un étang qui se trouve à une vingtaine de kilomètres, ou des informations de passages d'oiseaux ont été signalé.

Arrivé  sur place, il bruine et il fait franchement pas chaud, je vois sur l'eau différents groupes d'oiseaux, mais je fait fuir une colonie importante de grands cormorans qui étaient posés sur les arbres au bord de la rive et que je n'avais pas vu, quand ils passent au dessus de l' eau ils font à leur tour s'envoler deux gros oiseaux blancs qui se dirigent vers moi, ainsi que des hérons cendrés une dizaine de grandes aigrettes et des canards, je ne sais plus quoi regarder il y en a de partout ! je n'ai pas eu le temps de mettre la longue vue en position, aux jumelles j' observe les deux cygnes en vol,quelques chose me dit que ce ne sont pas des cygnes tuberculés, le plus commun celui que l'on voit dans les parcs, la tète est trop claire j'ai à faire à une autre espèce, ils passent en poussant des cris, ils font un grand virage et ils finissent par se poser à nouveau au  bout de l'étang, tout se le monde se calme, une fois la longue vue en place, je les observe se sont soit des cygnes chanteurs, soit des cygnes de bewick ! m..(censuré )..! je balaye un peu partout à la surface de l'eau et des roseaux, mis à part des canards colverts, je peux observer des grèbes huppées, je décide de faire le tour de l'étang ou je connais un point d'obs. sur la rive ouest pour espérer voir ces deux gros oiseaux blancs de plus prés.

Je prends un sentier,  je rencontre un autre ornithologue, nous échangeons nos observations et lui signale les deux cygnes, intrigué comme moi, nous allons ensemble nous poster au point d'observation, ils sont là juste devant nous avec des canards chipeaux, nous nous mettons un peu en retrait pour ne pas les effrayer, ils nous semblent plus petits que des tuberculés, aidé du guide ornithologique nous les identifions, au niveau du bec, le jaune n'arrive pas au dessous des narines et donc nous avons à faire à deux cygnes de Bewick, oiseau très rare, il niche dans la toundra Arctique, au nord est, ils hivernent dans le nord ouest de  l' Europe, mais que font ils là ? ils sont beaux tout de blanc vêtu. C'est plus fort que moi malgré la bruine, je sorts le carnet A5 et les crayons HB,  avec l'excitation j'ai du mal à les saisir, ma gomme tombe dans la boue et le carnet prend l'eau, ceci explique la qualité du dessin , j'esquisse les premiers contours, je finirai plus tard !

 

C Bewick 27févr11

 

Nous laissons les cygnes, pour finir le tour de l'étang, un groupe d'une cinquante de vanneaux huppés volent devant nous, un busard saint martin femelle chasse au ras du sol sur notre droite, nous entendons un canard siffleur sur notre gauche qui se cache dans les roseaux, un peu plus loin, nous apercevons un grand rapace qui se dirige vers nous, nous arrivons à l' identifier facilement avec la queue en " V ", c'est un  milan royal en migration, le premier de l'année, mon compagnon d'observation doit me quitter, la bruine a cessé, je retourne voir une dernière fois à l'étang, les cygnes de bewick ne sont plus là mais je peux voir deux oiseaux sur l'eau qui se tiennent à l'écart des Colverts, je reconnais un fuligule milouin mâle avec sa tète rousse son corps noir et blanc à coté se trouve un canard souchet mâle qui a la tête renfermée, le bec dans l'eau, j'aurai bien aimé voir ce fameux bec large, mais il ne prend pas la pose, tant pis, allez je rentre, mes yeux sont remplis d'images !

 

 Etg du Fay 27févr11

 

Mais ce jour là n'était pas un jour comme les autres, quand je repars avec ma voiture, je distingue un oiseau de type limicole dans un champ sur ma gauche, la courbure du bec vers le bas me laisse aucun doute ! un courlis cendré à quelques mètres !

Je reviendrai à cet étang,  je vais le nommer maintenant : l' étang des fées !

Partager cet article

Commenter cet article